Ethnopharmacologie guyanaise : des populations
en contact permanent avec la nature

Une connaissance du monde végétal aux origines variées  |  L'usage des plantes sauvages ou domestiques des Saramaka  |  La nécessité d'informateurs traducteurs  |  La perception des saveurs chez les Saramaka  |  Pao, maka, piki… un lexique botanique spécifique aux Saramaka  |  L'art d'utiliser les plantes chez les Saramaka  |  Les causalités profondes de la maladie  |  Une classification plus naturaliste du savoir médical  |  La notion traditionnelle de paludisme  |  La notion traditionnelle de leishmaniose  |  Les limites de l'ethnopharmacologie  |  Pour en savoir plus  |  Texte intégral en pdf

Les limites de l'ethnopharmacologie

La chance de trouver un principe actif réellement efficace issu d'une plante médicinale est liée au choix des affections ciblées par cette recherche. Les populations dites primitives ont des dons d'observation très développés dus à leur vie dans un milieu hostile où il est primordial pour survivre, de savoir distinguer les fruits comestibles, d'apercevoir et de traquer le gibier, de sélectionner les plantes médicinales parmi des plantes toxiques ou sans intérêt. Ce discernement se retrouve dans la capacité de distinguer des affections dermatologiques en fonction de leurs aspects respectifs avec une précision peu courante digne d'un dermatologue . Par contre, d'autres maux ont pour les populations tribales une nosologie plus floue, la description des symptômes internes en particulier est souvent éloignée de la conception médicale la plus simple et des interventions extérieures (esprits surnaturels, fluides, sorcelleries) sont souvent mises en avant pour justifier voire décrire les maladies de l'intérieur du corps. En fonction des résultats de l'étude ethnomédicale pratiquée sur un groupe culturel donné, il est possible de discerner ce qui dans la médecine traditionnelle procède d'une lecture naturaliste de la maladie et qui peut être le mieux rapproché de notre conception de la maladie. Il est ainsi possible en fonction du contexte médical du lieu de choisir des maladies et donc les tests appropriés mettant en évidence l'activité de plantes médicinales. Autrement, ce criblage s'apparente à une entreprise hasardeuse.

par Michel Sauvain